Affaire Sarah Halimi : le suspect a une altération du discernement, selon l’expertise psychiatrique

Photo d’illustration

Kobili Traoré, est mis en examen pour homicide volontaire, après la mort de Sarah Halimi, le 4 avril dernier, dans Paris.

Le suspect mis en examen après la mort de Sarah Halimi, Kobili Traoré, est accessible à une sanction pénale. C’est la conclusion d’une expertise psychiatrique. Selon le psychiatre, le suspect a agi sous l’empire d’une bouffée délirante aiguë, dont les effets ont été démultipliés par une prise massive de cannabis, rapporte Le Figaro.

Son discernement était donc altéré, et non pas aboli. Cela n’empêche donc pas Kobili Traoré d’être accessible à une sanction pénale, le suspect pourrait donc être renvoyé devant la cour d’assises pour être jugé.

Il avait crié “Allahou Akbar”

Sarah Halimi,  juive orthodoxe de 66 ans habitant Paris, avait été tuée en avril dernier. Kobili Traoré s’était introduit dans son appartement. Il l’avait ensuite rouée de coups, en même temps que, selon des témoins, il criait “Allahou Akbar”, Dieu est grand, et récitait des versets du Coran, avant de la défenestrer.

Interpellé, il avait hurlé : “J’ai tué le Sheitan”, le diable en arabe. La communauté juive réclame depuis la qualification de crime antisémite, ce que la justice a toujours refusé jusqu’à présent.

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages