Alexandre Benalla refuse de se rendre devant la commission du Sénat

AFP

L’ex-chargé de mission de l’Elysée est mis en examen pour des violences contre un manifestant le 1er mai à Paris.

Alexandre Benalla ne se rendra pas à la commission d’enquête sénatoriale avant la fin de l’instruction judiciaire. Mis en examen pour des violences contre un manifestant le 1er mai à Paris, son avocat, Me Laurent-Franck Liénard, s’en est justifié sur LCI en s’appuyant sur un texte de loi : “Il ne veut pas aller devant une commission faire des déclarations qui lui seraient reprochées par les magistrats instructeurs”.

Une convocation “prochaine”

L’avocat soutient que son client est convoqué le 19 septembre. Pourtant, selon Jean-Pierre Sueur (PS), l’un des rapporteurs de la commission, l’ancien chargé de mission de l’Elysée “n’est pas convoqué jusqu’à présent” par la commission d’enquête sénatoriale mais devra se présenter “s’il est convoqué, ce qui est plus que probable”. 

Le fait d’être mis en examen ne dispense pas de répondre à une convocation”

Patrick Kanner, membre de la commission d’enquête, se dit même “choqué” par cette annonce d’Alexandre Benalla.

“Je suis profondément choqué. M.Benalla n’est pas invité à venir devant les sénateurs, il est convoqué”. (BFM)

Selon le président de cette commission, Philippe Bas (LR), Alexandre Benalla sera bien “prochainement” convoqué au Sénat. 

“Une convocation sera prochainement adressée à M. Alexandre Benalla pour qu’il apporte à la commission des lois du Sénat les éléments d’information qui lui sont nécessaires(…) Il n’appartient pas aux personnes convoquées pour être auditionnées de décider de se présenter ou non à cette convocation” 

Filmé en train de violenter un manifestant en marge des défilés du 1er-Mai, Alexandre Benalla a été mis en examen le 22 juillet notamment pour “violences en réunion” aux côtés d’un employé de la République en marche, Vincent Crase.

Trois policiers sont également mis en examen pour “détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection” et “violation du secret professionnel”.

Affaire Benalla : un document gênant pour le préfet de police