Bordeaux : Alain Juppé se trompe de 176 millions d’euros sur le coût du stade

Photo :  REUTERS / Régis Duvignau

Le Canard Enchaîné révèle aujourd'hui que le maire de Bordeaux Alain Juppé s'est trompé sur le coût du nouveau stade de la ville : il coûtera à la municipalité le double de ce qu'avait calculé l'ancien Premier ministre. Une erreur préjudiciable à celui qui promet de réduire les dépenses publiques de la France.

Le Conseil de l'Etat vient d'asséner une leçon de calcul au maire de Bordeaux, révèle le journal satirique. Oui, ce même Alain Juppé, candidat favori à la primaire républicaine, qui promettait récemment de réduire les dépenses publiques de 85 à 100 milliards d'euros s'il devient chef de l'Etat en 2017.

Son erreur porte sur le coût du nouveau stade de football de Bordeaux, le “Matmut Atlantique”,bâti pour l'Euro 2016 par le consortium Vinci-Fayat. Grâce à ce partenariat public-privé, l'installation sportive devait coûter à la ville 183 millions d'euros, selon la délibération prise en octobre 2011.

Mais après réétude du dossier sur demande du Conseil d'Etat, des juges administratifs ont relevé un vice grave : l'équipe Juppé a “oublié” 176 millions d'euros. Oubli réparé : le stade coûtera à la municipalité 359 millions d'euros. Soit le double de la facture initiale.

Comment un tel “oubli” est-il possible ?

Le contrat conclu entre la ville de Bordeaux et Vinci-Fayat est le suivant : Bordeaux délègue la construction du stade au consortium privé. En échange, ce consortium facture un loyer annuel, l'entretien et la gestion de cet équipement pendant 30 ans.

Une bonne affaire, soi-disant. Sauf que le cabinet du maire n'avait pas précisé qu'en plus de ces avantages, les sociétés Vinci et Fayat se feraient rembourser les impôts locaux pendant 30 ans, la durée du contrat. Sans parler d'une subvention municipale de 17 millions d'euros qui n'avait pas été mentionnée clairement.

Des recettes de 94 millions d'euros

Nicolas Florian, l'adjoint aux finances de Juppé, a déclaré au Canard que cet accord reste une bonne affaire. Car la ville bénéficiera de recettes garanties par le partenaire d'une part, et d'un loyer payé par les Girondins. A l'issue des 30 ans, la municipalité gagnerait donc au moins 94 millions d'euros nets.

Mais selon Matthieu Rouveyre, l'opposant socialiste qui avait toujours contesté les premiers calculs officiels, la facture sera plus élevée pour le contribuable, et il aurait été moins coûteux d'emprunter.

Surtout que le stade n'est pas si rentable : il est resté à moitié vide toute la saison 2015-2016, avec  25 088 entrées en moyenne par match, pour une capacité de 42 000 places. Décidemment, la mairie de Bordeaux est abonnée aux erreurs du simple au double.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages