"Ça va Manu?" : au collège, le jeune blagueur fait profil bas

Emmanuel Macron et des scolaires lundi au Mont Valérien – AFP

Une journaliste du site Explicite a pu rencontrer l’adolescent à qui Emmanuel Macron a “fait la leçon” lundi au Mont Valérien. 

“Ça va Manu?”. La séquence a fait le tour des réseaux sociaux lundi. Alors qu’Emmanuel Macron vient de commémorer l’Appel du 18 juin au Mont-Valérien, un jeune apostrophe crânement le chef de l’Etat en lui demandant tout de go : “ça va Manu?”. Le chef de l’Etat ne laisse pas passer la familiarité, et fait même une leçon de civisme au téméraire collégien.

“Tu es là dans une cérémonie officielle, tu te comportes comme il faut. Tu peux faire l’imbécile, mais aujourd’hui c’est la Marseillaise et le Chant des partisans. Tu m’appelles Monsieur le président de la République, ou monsieur. D’accord?”

Profil bas au collège

Le jour d’après, à son collège, le “jeune” en question est évidemment le sujet de toutes les conversations. Une attention aussi soudaine que médiatique qu’il semble regretter amèrement, selon une journaliste du site Explicite, qui a pu rencontrer le “petit malin” mardi matin.


Visiblement “c’est un peu dur”, selon un de ses camarades. Au collège, on se moque aujourd’hui de celui qui est décrit comme populaire, un “peu grande gueule” mais bon élève. L’adolescent aux cheveux sur les yeux fait désormais profil bas.

“S’il vous plait, ne donnez pas mon prénom, rien, pas mon adresse, ma ville, mon collège, rien. Je ne veux pas que ça me pose de problème pour le lycée.”

“Le respect, c’est le minimum dans la République”

Il n’en dira pas plus. Le collégien doit dorénavant vivre avec cette notoriété nouvelle. Il est celui à qui, en réponse à sa bravade un peu ballotte, Emmanuel Macron a fait la morale devant le pays entier. Le “dindon de la farce” en quelque sorte, grâce auquel le président de la République a pu, à travers lui, administrer une leçon sur le “respect” à toute la France, reprenant même la séquence sur son compte Twitter.


Bayrou, Macron, Sarkozy : quand les politiques se rebiffent