Catalogne : sans réponse claire, Madrid veut la suspension de l'autonomie

Reuters

Barcelone avait jusqu’à 10h ce matin pour renoncer clairement à une proclamation unilatérale d’indépendance. Carles Puigdemont, le président du gouvernement autonome de Catalogne, a une nouvelle fois apporté une réponse très ambiguë au gouvernement espagnol, qui a décidé de poursuivre le processus menant à la suspension de l’autonomie de la Catalogne. Le bras de fer est loin d’être terminé.

Samedi, la Catalogne aura-t-elle perdu son autonomie politique ? C’est désormais la question qui se pose après la nouvelle passe d’armes entre le gouvernement catalan et Madrid.

Une réponse ambiguë

Ce jeudi matin, à l’issue de l’ultimatum fixé par Madrid, le président du gouvernement autonome de Catalogne a indiqué que s’il n’avait pas proclamé l’indépendance de la région, il pourrait toujours le faire, si aucun dialogue ne s’engage avec le pouvoir central.

Mais Madrid a de moins en moins l’intention de dialoguer. Dans la foulée de cette réponse, Mariano Rajoy, le Premier ministre espagnol, a annoncé la convocation d’un conseil des ministres extraordinaire samedi, afin d’activer l’article 155 de la Constitution, qui permettra de suspendre l’autonomie politique de la Catalogne.

Un dialogue difficile

La capitale espagnole avait initialement donné au président catalan jusqu’à lundi pour clarifier sa position. Dans une lettre à Mariano Rajoy, le président du gouvernement espagnol, Carles Puigdemont, n’avait pas répondu directement à la question : l’indépendance est-elle proclamée, oui ou non ? Au contraire, celui-ci prône un dialogue avec le gouvernement espagnol, proposant de rencontrer Rajoy “le plus rapidement possible”.

Incarcération de deux indépendantistes

L’incarcération de deux responsables d’associations indépendantistes, lundi, a également fait monter la tension d’un cran. L’Audience nationale, la plus haute juridiction espagnole, a ordonné la mise en détention préventive, sans possibilité de libération sous caution, de Jordi Sanchez, chef de l’Assemblée nationale catalane (ANC), et de Jordi Cuixart, dirigeant d’Omnium Cultural, une association qui oeuvre pour la promotion de la langue et de la culture catalanes.

Des manifestations ont eu lieu mardi en Catalogne pour protester contre leur placement en détention. “Cela n’a pas de sens, nous n’avons pas de mots pour décrire” cette situation, “c’est pourquoi nous appelons la société catalane à manifester demain, évidemment de manière pacifique”, a déclaré à des journalistes Jordi Bosch, secrétaire général de l’association indépendantiste Omnium Cultural.

Catalogne : colère de rue


 

Lire aussi : 

Espagne : le dialogue dans l’impasse, les séparatistes haussent le ton
Carles Puigdemont promet l’indépendance catalane mais suspend son application

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages