Disparues de Perpignan : le "tueur de la gare" présumé aux assises

Jacques Rançon comparaît pour des meurtres et agressions commis à proximité de la gare de Perpignan dans les années 90.

Surnommé “le tueur de la gare de Perpignan”, Jacques Rançon est jugé à partir de ce lundi par la cour d’assises des Pyrénées-Orientales. Il est soupçonné d’avoir violé, tué et atrocement mutilé deux femmes et tenté de violer deux autres femmes, en 1997 et en 1998.

Psychose à Perpignan

Ces crimes avaient entretenu une véritable psychose à Perpignan, d’autant que les autorités ont eu bien du mal à élucider ces affaires, entre nombreuses fausses pistes et errements de l’enquête. Finalement, ce sont les avancées techniques qui ont permis, en 2014, d’identifier Jacques Rançon comme le tueur présumé de la gare de Perpignan.

Le verdict attendu le 26 mars

Agé de 58 ans, ce Picard d’origine, ancien cariste-magasinier, risque la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans. Il pourrait également écoper d’une période de rétention de sûreté en fin de peine. Le verdict est attendu le 26 mars.

Retour sur cette affaire, en 10 moments-clés