Emmanuel Macron face aux standing-ovations du Congrès américain

CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le discours d’Emmanuel Macron face au Congrès américain ce mercredi a été interrompu à 19 reprises par des standing-ovation.

S’exprimant exclusivement en anglais face au Congrès américain qui accueillait le dixième président français de son histoire, Emmanuel Macron a rappelé que la France et les Etats-Unis se soutiennent mutuellement depuis des siècles. “Nos deux pays sont fondés sur les mêmes idéaux” a appuyé le président de la République avant d’ajouter que les Etats-Unis et la France “partagent une vision commune de l’humanité”.

Mais Emmanuel Macron a rapidement éludé les remerciements d’usage pour critiquer certains choix politiques de son homologue américain, Donald Trump.

“Des désaccords peuvent arriver comme dans toutes les familles”

Le discours mettait les accord de Paris à l’honneur. Le président de la République a même déclaré qu’il était “sûr que les États-Unis reviendront un jour dans les Accords de Paris” avant d’ajouter : “je suis sûr que nous pourrons travailler ensemble pour atteindre les objectifs ambitieux du pacte sur l’environnement”, avant d’être vivement applaudi par les parlementaires américains.

Il a ensuite soutenu qu’il était primordial de laisser “ une planète à nos enfants que l’on pourra encore habiter dans 25 ans.[..] Il n’y a pas de planète B ”, en faisant allusion aux accords de Paris éconduits par Donald Trump l’année dernière.

Pour conclure ses propos sur l’écologie, Emmanuel Macron a estimé que des ” désaccords peuvent arriver comme dans toutes les familles ”.

Une vive critique du repli et du nationalisme

Le chef de l’Etat a ensuite critiqué la politique étrangère de Donald Trump, en soulignant la politique nationaliste choisi par le président des Etats-Unis, “ C’est une possibilité attrayante, un remède temporaire qui ne résoudra pas les craintes de nos concitoyens. Nous ne devons pas laisser le nationalisme nous priver de plus grands bénéfices. ”

Il a ensuite pris en ligne de mire la tentation de repli de Donald Trump en déclarant “ les États-Unis ont inventé le multilatéralisme, et c’est à eux de le préserver ” avant d’ajouter qu'”une guerre commerciale entre alliés n’est pas cohérente” et “des solutions acceptables peuvent être trouvées par des négociations dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce”.

Une main de fer sur le nucléaire

“Notre position est claire, l’Iran n’aura jamais d’arme nucléaire” a continué Emmanuel Macron. “Mais cette position ne doit pas, conduire à la guerre dans le Moyen-Orient “.

Le président de la République a conclue sur la Corée du Nord en assurant le Congrès du soutien de la France dans le processus de dénucléarisation du régime de Kim Jong-un.