Attentat sur les Champs – Elysées : ce que l’on sait


L’auteur de l’attaque est Karim Cheurfi, âgé de 39 ans. Il a tué un policier, Xavier, en a blessé deux autres, ainsi qu’une touriste allemande.

Il est 20h47, jeudi soir, quand un homme arrive sur les Champs-Elysées, à bord d’un véhicule gris. Il se porte à hauteur d’un car de police stationné sur l’avenue. Il descend et ouvre le feu avec un fusil d’assaut kalachnikov sur le véhicule, tuant sur le coup le policier de 37 ans assis au volant, Xavier, de deux balles à la tête.

A LIRE AUSSI >> Attentat des Champs-Elysées : qui était le policier tué ?

Ensuite, l’assaillant contourne le car de police et tire à plusieurs reprises sur des policiers en faction sur l’avenue, blessant grièvement un policier de 34 ans, dont les jours ne sont pas en danger, et légèrement un troisième policier de 31 ans, et une passante allemande touchée au pied par des éclats de balle.

Le profil du tueur

L’attentat a été perpétré par Karim Cheurfi. Âgé de 39 ans, cet homme, qui a été condamné à quatre reprises, dont en 2005 à 15 ans pour des tentatives d’homicide volontaire, notamment sur un policier en Seine-et-Marne, n’était pas fiché S, a confirmé le procureur François Molins. Incarcéré au total durant près de 14 ans, il n’avait, durant cette période, ” pas présenté (…) de signes de radicalisation ou de signes de prosélytisme”, a-t-il précisé.


Le 23 février dernier, il était arrêté après avoir confié à un proche vouloir “tuer des policiers en représailles de ce qui se passait en Syrie”, pris des contacts pour acheter des armes et acheté des couteaux commando, une mini-caméra et des masques sur internet.

De nombreux passages en prison

Mais le lendemain, il avait été relâché, faute d’éléments suffisants aux yeux de la justice. Une enquête antiterroriste avait néanmoins été ouverte en mars à son sujet.

En avril, il était convoqué par le juge d’application des peines de Meaux, chargé de son suivi depuis sa libération, car il avait effectué en janvier et février un voyage en Algérie – “pour s’y marier”, selon lui – sans avertir la police, comme il en avait l’obligation. Lors de sa convocation, le juge n’avait toutefois pas révoqué son sursis avec mise à l’épreuve, a précisé François Molins.

La campagne présidentielle bouleversée

Si sur les lieux de l’attaque un papier, semblant provenir des poches de l’assaillant a été retrouvé, défendant Daech, son lient exact avec l’organisation terroriste, qui a rapidement revendiqué l’attaque, reste à établir. Car dans la revendication , l’auteur est appelé “Abu Yussef le Belge”, une nationalité qui ne correspond pas à celle, française, de Karim Cheurfi.

L’attaque a été largement commenté par les 11 candidats à l’élection présidentielle. Certains ont décidé de suspendre leurs déplacements, quand d’autres les ont maintenus.

A LIRE AUSSI >> Attentat sur les Champs-Élysées : ce que les candidats changent à leur campagne

Sur les lieux de l’attentat, toute la journée, des fleurs et des bougies ont été déposées, pour rendre hommage aux victimes.


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages