États-Unis : une nouvelle maison de l'horreur découverte en Arizona

Des officiers de police à Tucson, en Arizona – Illustration – AFP

Un couple de sexagénaires a été mis un examen pour avoir séquestré leurs quatre enfants adoptifs dans des conditions misérables.

Une deuxième maison de l’horreur a-t-elle existé dans l’Arizona ? Les faits font en effet tristement écho à l’affaire Turpin, ce couple qui avait séquestré et maltraité leurs 13 enfants pendant des années en Californie.

À lire aussi : Californie : 13 enfants sauvés d’une maison de l’horreur, leurs parents inculpés pour torture

Comme dans cette sordide histoire, c’est l’un des enfants victime des mauvais traitements de ses parents qui a réussi à s’échapper pour donner l’alerte, en appelant les secours depuis un centre commercial de la ville de Tucson. Ce jeune garçon appartient à une fratrie de quatre enfants âgés de 6 à 12 ans, tous adoptés par Carol et Benito Gutierrez, 64 et 69 ans. Pendant des années, ces derniers ont fait vivre l’horreur à leur progéniture, révèle le Washington Post.


Confinés dans leur chambre obscure, sans accès à la salle de bains

Enfermés à clé dans leur chambre, dans l’obscurité la plus totale (les fenêtre étaient calfeutrées de sorte à ce qu’aucun rayon de soleil ne puisse passer), les quatre enfants n’avaient pas accès à la salle de bain.

Pire encore, ils devaient frapper de toutes leurs forces à la porte de leur chambre pour espérer avoir une réponse de l’un des deux parents, qui leur donnait ensuite la possibilité d’aller aux toilettes. Carol et Benito Gutierrez avaient préféré leur installer un pot dans leur chambre. Chambre qui était d’ailleurs nettoyée lorsque ses occupants étaient à l’école, précisent les enquêteurs.

Privés de nourriture

Mais les mauvais traitements infligés aux jeunes enfants ne s’arrêtent pas là. Ces derniers ont confié aux policiers qu’ils étaient souvent privés de nourriture. Pour sa défense, leur mère adoptive a expliqué qu’elle était dans l’obligation de les enfermer parce qu’ils “volaient et mangeaient toute la nourriture”, rapporte l’Arizona Daily Star.

Aucun contrôle des services sociaux une fois les procédures d’adoption validées

Comment de tels agissements ont pu durer dans le temps sans que les services sociaux ne s’en aperçoivent ? C’est la question que tout le monde se pose outre-atlantique. Le Washington Post explique de son côté qu’une fois toutes les épreuves passées pour devenir parents adoptifs, plus aucun contrôle n’est effectué auprès des familles désignées aptes à accueillir des enfants.

Les époux Gutierrez, qui n’avaient pas d’antécédents judiciaires ont été mis en examen pour abus sur leur jeunes enfants. Les victimes de leurs mauvais traitements, qui sont toutefois en bonne santé vont quant à elle être placées en familles d’accueil.