Formule 1 : les "grid girls" en colère contre les féministes

Des “grid girls” à Singapour – Reuters

Le nouveau patron de la F1 a annoncé la suppression des “grid girls”, les hôtesses en petite tenue qui accompagnaient les pilotes à leur voiture.

Vous les avez sans doute déjà vues si vous êtes amateurs de courses en Formule 1 : les “grid girls”, sont des jeunes femmes belles et en petites tenues qui brandissent des pancartes sur la ligne de départ des Grands prix pour indiquer la localisation des différentes voitures.

Sauf que le nouveau patron de la Formule 1, le groupe américain « Liberty Media », a pris la décision de se séparer des grid girls,  contexte Harvey Weinstein et #Metoo oblige.

“Nous avons le sentiment que cette coutume ne fait pas écho à nos valeurs, et qu’elle est clairement en contradiction avec les normes sociétales modernes”, a déclaré mercredi Sean Bratches, directeur général des opérations commerciales de la F1.

Les “grid girls” en colère

A la place des grid girls, Liberty Media souhaite convier des invités de marque, des artistes et mettre en avant les traditions et produits locaux.

Une annonce très mal accueillie par les prioncipales intéressées. Charlotte Gash, une “grid girl” interrogée par la BBC, se dit “dégoûtée que la F1 ait cédé à une minorité pour être politiquement correcte”.

“Je suis chanceuse car ça n’est pas ma source principale de revenus mais elle l’est pour certaines”, dit-elle. “Nous aimons faire ça et nous ne voulons pas qu’on nous l’enlève”, a-t-elle ajouté.

Les féministes accusées

Autre “grid girl” à avoir fait par de sa colère sur Twitter : Rebecca Cooper : “Ainsi l’inévitable vient de se produire, les “grid girls” sont supprimées. C’est ridicule que des femmes qui disent se battre pour les droits des femmes disent elles-même ce que les femmes doivent faire ou non, nous empêchant aujourd’hui d’exercer un métier que l’on aime et dont nous sommes fières”, écrit-elle.


Et vous, qu’en pensez-vous ?