Gaza : un deuxième Palestinien tué au lendemain d'un lundi meurtrier

DR

Deux Palestiniens ont été tués mardi par des tirs de soldats israéliens, au lendemain d’affrontements qui ont fait au moins 60 morts et des milliers de blessés. Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU se réunira vendredi. 

La tension persiste à Gaza, à la frontière entre Israël et la Palestine. Mardi, deux Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens. La veille, 60 Palestiniens ont été tués et plus de 2 700 blessés. C’est la journée la plus meurtrière depuis l’été 2014 du conflit israélo-palestinien.

Le conflit s’étend sur la scène internationale. Lundi soir, les Etats-Unis ont bloqué à l’ONU l’adoption d’un communiqué du conseil de sécurité appelant à une enquête indépendante après les violences à Gaza. La Maison blanche a apporté son soutien à Benjamin Netanyahu qui a estimé qu’Israël avait “l’obligation de défendre ses frontières”.

Lundi meurtrier à Gaza :

Réunion extraordinaire de l’ONU

Les Etats-Unis vont vivement critiqués, en raison de leur choix d’inaugurer leur nouvelle ambassade, à Jérusalem, la veille du jour anniversaire de la Nakba – “la catastrophe”, terme donné par les Palestiniens à la proclamation de l’Etat d’Israël il y a 70 ans, ce qui aurait attisé les tensions.

En réaction à ce lundi sanglant à Gaza, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU se réunira spécialement vendredi pour examiner la situation dans les “territoires palestiniens occupés”:

“Le Conseil des droits de l’Homme va tenir une session spéciale consacrée à la déterioration des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-est vendredi”.

Macron condamne ces violences

Mardi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a estimé que “la sécurité d’Israël ne saurait justifier ce niveau de violences. Les Palestiniens aussi ont droit à la paix et à la sécurité”. Emmanuel Macron a condamné ces violences lors d’entretiens téléphoniques avec le roi Abdallah II de Jordanie et le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Le président français devait s’entretenir mardi avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

La Turquie et l’Afrique du Sud ont décidé de rappeler leur ambassadeur en Israël, la Turquie rappelant aussi, pour le “consulter”, son ambassadeur aux Etats-Unis. Le conseil de sécurité de l’ONU se réunit mardi après-midi, à l’initiative du Koweït.

A LIRE AUSSI >> Gaza : RSF saisit la cour pénale internationale pour “crimes de guerre”