Glyphosate : des traces de pesticides dans des produits de petit-déjeuner

Une manifestation anti-glyphosate à Berlin en février 2017 – AFP

L’analyse de plusieurs produits de consommation courante par l’ONG Générations futures a révélé que plusieurs d’entre eux contiendraient des traces de glyphosate, un puissant herbicide, considéré comme probablement cancérigène par l’ONU.

La guerre est relancée autour du glyphosate, une substance qui pourrait être de nouveau autorisée par l’Union européenne début octobre et dont certaines ONG ne veulent plus entendre parler.

Une substance classée “cancérogène probable”

Ce jeudi 14 septembre, Générations futures publie les résultats de son enquête sur la présence de cette substance classée “cancérogène probable” par une agence de l’ONU dans des produits du quotidien. Résultat : selon les analyses réalisées, “7 céréales de petit-déjeuner sur 8” contenaient du glyphosate. “7 légumineuses sur 12 analysées” en contenaient aussi. La proportion est nettement plus faible pour les pâtes: “2 pâtes alimentaires sur 7 en contiennent”. En revanche, “aucun des 3 autres produits à base de céréales (petits pains secs, biscottes)” ne contenait de glyphosate.
Des marques reconnues sont ainsi mises sur le devant de la scène : Weetabix Original, Kellogs, Jordans, Vivien Paille ou encore Leader Price.

L’appel à l’Union européenne

Les taux trouvés sont parfois assez élevés : jusqu’à 2 microgrammes/kg. L’agence de sécurité sanitaire de l’alimentation estime toutefois que les risques encourus restent relativement limités. L’association Générations familles, quant à elle, ajoute que cette substance peut contaminer le tube digestif et provoquer de nombreux désagréments, même si ceux-ci ne conduisent pas à une crise aigüe. Pour François Veillerette, porte-parole et directeur de Générations Futures, ces résultats montrent qu’il y a “urgence pour l’Union européenne à renoncer à l’usage de cette molécule (…) et à faire évoluer en profondeur son modèle agricole devenu trop dépendant des pesticides de synthèse”.

Des résidus présents partout

En avril dernier, l’association avait déjà mis la main sur la présence du glyphosate dans l’urine d’un groupe de volontaires. “Comme le montre notre enquête, la présence de résidus de glyphosate, parfois accompagnés de la présence du métabolite AMPA, est fréquente dans les aliments ciblés. Elle permet, pour une part sans doute importante, d’expliquer la contamination de l’ensemble des personnes testées pour le glyphosate, telle que mise en évidence dans nos recherches du glyphosate dans les urines d’avril 2017 !”,  déclare François Veillerette, porte-parole et Directeur de Générations Futures.

Lire aussi :

Pesticides en libre-service : 4 enseignes sur 10 en infraction

Pesticides tueurs d’abeilles : deux ministères en désaccord, Emmanuel Macron va devoir trancher

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages