Grande roue de Paris : la foire d'empoigne

AFP, archive

La grande roue installée à Paris place de la Concorde au coeur d’un bras de fer. La mairie vient d’être mise en examen pour favoritisme lors de l’attribution de l’emplacement à Marcel Campion en 2015. Et pour l’année prochaine, Anne Hidalgo a tranché : elle ne veut plus du manège.

Samedi matin, la grande roue de Paris a commencé à être assemblée, pièce par pièce, avant d’être hissé par une grue à 70 mètres du sol. Mais ses jours sont comptés, pour deux raisons.
La mairie de Paris n’en veut plus et ne compte pas renouveler son bail à Marcel Campion, le gestionnaire de l’attraction, au motif qu’elle dénature le paysage. La proposition de la supprimer à cet emplacement va donc être déposée lundi 20 novembre au Conseil de Paris.
Dans le même temps, la municipalité vient d’être mise en examen concernant l’attribution en 2015 de son prestigieux emplacement à ce même Marcel Campion lui aussi mis en examen fin mai. La ville nie en bloc ces accusations de favoritisme.

Le bras de fer entre Marcel Campion et Anne Hidalgo n’est donc pas prêt de se terminer. Avant la polémique sur la grande roue, cette semaine déjà, plusieurs opérations escargots avaient paralysé la capitale suite à la décision en juillet dernier du conseil de Paris de ne plus renouveler le marché de Noël des Champs-Elysées, créé en 2008 par celui que l’on surnomme le roi des forains.

En attendant, la grande roue recommencera à tourner, peut-être pour son dernier hiver. Chaque année, elle accueille 400.000 personnes.

Lire aussi
Blocage des forains : “le chantage n’est pas une méthode”
Paris : la grande roue de Marcel Campion pourrait disparaître

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages