Grèves, manifestations : Emmanuel Macron "ne reculera pas"

Emmanuel Macron – Reuters

Le chef de l’Etat s’est confié à la chaîne américaine Fox News à l’occasion de sa visite aux Etats-Unis.

Le climat social en France, sa relation avec Donald Trump ou encore l’attitude vis-à-vis de la Russie de Vladimir Poutine, autant de thèmes abordés par Emmanuel Macron dans son interview donnée dimanche à la chaîne de télévision américaine Fox News. Un entretien accordé alors que le président va passer plusieurs jours en visite aux Etats-Unis.

Le climat social en France

Sur le climat social en France, alors que les colères se multiplient, des retraités aux cheminots en passant par les étudiants ou les fonctionnaires, le président de la République n’envisage pas de reculer. “Je ne reculerai pas car c’est mon devoir et mon engagement”, a notamment déclaré le président.

La relation franco-américaine

La relation entre la France et les Etats-Unis, notamment sur le plan commercial, a également été évoquée durant cet entretien. Emmanuel Macron espère également que Donald Trump décidera le 1er mai de maintenir l’exemption pour l’Union européenne des droits de douane de 25% qu’il a imposés sur les importations d’acier aux Etats-Unis et de 10% sur celles d’aluminium. “On ne fait pas de guerre commerciale avec ses alliés”, a souligné le président.

Les relations diplomatiques entre les deux pays sont également évoqués. “Mon objectif est de souligner la longue histoire basée sur les valeurs qui lient nos deux pays” qui “sont très attachés aux mêmes valeurs notamment la liberté et la paix”, a mis en avant Emmanuel Macron. Quant à sa relation avec Donald Trump, le président de la République a évoqué “une relation personnelle forte, notamment depuis la venue de Donald Trump le 14 juillet”.

La situation en Syrie et Vladimir Poutine

Interrogé sur la situation en Syrie, Emmanuel Macron a réaffirmé la nécessité, selon lui, de rester engager sur place. “Les Etats-Unis, la France et leurs alliés doivent rester engager en Syrie même après la défaite de l’EI” a martelé le président. “Le jour où nous aurons terminé cette guerre contre l’Etat islamique, si nous partons, définitivement et complètement, même sur le plan politique, nous laisserons le terrain au régime iranien, Bachar al Assad et ses hommes et ils prépareront une nouvelle guerre”, dit le chef de l’Etat français.

Egalement au cœur de cette interview, le président russe, Vladimir Poutine. “Vladimir Poutine est fort et intelligent. Mais ne soyez pas naïf : il est obsédé par les ingérences dans nos démocraties.”

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages