Guerre en Syrie : au moins 511 000 morts en 7 ans

AFP

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), 80% de ces victimes ont été tuées par les forces du régime syrien et leurs alliés.

Depuis mars 2011, date du début du conflit en Syrie, au moins 511 000 personnes sont mortes, annonce l’OSDH, l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Un décompte réalisé grâce à un réseau d’informateurs sur le terrain.

Selon l’organisation, proche de l’opposition, 80% de ces victimes ont été tuées par les forces du régime de Bachar al-Assad et ses alliés. L’OSDH précise avoir l’identité de 350 000 de ces victimes.

Le conflit a débuté en septembre 2011, avec des manifestations hostiles au régime de Bachar-al Assad, dans le cadre du printemps arabe. Ces manifestations ont ensuite dégénéré, impliquant diverses forces régionales et mondiales, dont la Russie.

Catastrophe humanitaire dans la Ghouta orientale

Parmi les zones de conflit, celle de la Ghouta orientale. La ville syrienne de Douma est confrontée à une catastrophe humanitaire sans précédent en raison de l’afflux de milliers de personnes fuyant la progression des forces gouvernementales et les bombardements incessants dans le reste de la Ghouta orientale.

1 000 civils ont été tués depuis le début de l’offensive des forces du président syrien Bachar al Assad, mi-février, visant à reprendre avec l’appui de l’aviation russe le contrôle du dernier bastion rebelle près de Damas.

Le bilan de 511 000 morts est donc très provisoire. D’autant que l’usage d’armes chimiques, établi par l’ONU à plusieurs reprises, pourrait alourdir le bilan à long terme.

Ce contenu peut également vous intéresser :