Harcèlement sexuel : l'ancienne collaboratrice de Nicolas Hulot dément "toutes les rumeurs"

Nicolas Hulot – Reuters

Nicolas Hulot est dans la tourmente. Ce jeudi matin, sur RMC/BFMTV, le ministre de l’Ecologie a répondu à des questions sur des accusations de harcèlement sexuel.

Depuis sa prise de parole ce jeudi matin, Nicolas Hulot a déjà obtenu deux soutiens de poids : celui d’Edouard Philippe et maintenant celui de son ancienne collaboratrice. “Je démens toutes les rumeurs” (…) “Du harcèlement sexuel au protocole d’accord”, a-t-elle déclaré sous couvert d’anonymat à un journaliste de LCI.

Nicolas Hulot a pourtant dû répondre ce matin à des informations selon lesquelles une ancienne collaboratrice de sa Fondation l’accuserait de harcèlement sexuel et aurait tu l’affaire moyennant un accord financier. Ces informations seraient issue d’une enquête que doit publier vendredi le nouvel hebdomadaire Ebdo.

Sur RMC/BFMTV, Nicolas Hulot a déclaré :

“La réponse est non et je le dis avec d’autant de force que la personne en question qui est parfaitement identifiée, avec laquelle je suis en contact, vous dira exactement la même chose, et le pire de cela c’est qu’elle a déjà été interrogée par certains de vos confrères et qu’elle a fait la même réponse”, a-t-il déclaré sur RMC/BFMTV.


Une plainte classée sans suite en 2008

Qualifiant ces rumeurs “d’ignominieuse”, Nicolas Hulot reconnaît en revanche avoir fait l’objet d’une plainte en 2008 pour des faits de harcèlement sexuel remontant à 1997 et déposée par la “petite fille d’un homme politique célèbre”, selon BFM TV, avant d’être “classée sans suite”.

“Non seulement l’affaire était prescrite, mais j’ai été auditionné par les gendarmes à ma demande, et les enquêteurs ont très rapidement considéré qu’il n’y avait rien qui permettrait de poursuivre cette affaire”, selon l’ex-présentateur d’Ushuaïa. “Je n’ai pas peur de la vérité, j’ai peur de la rumeur car c’est un poison lent qui tue”, dit encore le ministre.

A lire aussi : Gérald Darmanin : la plaignante “est une menteuse délinquante” assure son avocat

“Aucune raison de douter de sa parole”, affirme Edouard Philippe

Le ministre a toutefois déclaré avoir le soutien d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe dans cette affaire. Le Premier ministre a d’ailleurs tenu à afficher son soutien à son ministre en diffusant ce communiqué dans la matinée :

“Nicolas Hulot s’est exprimé avec sincérité et émotion sur les rumeurs dont il est l’objet depuis plusieurs jours. Ses explications ont été claires, précises, et nous n’avons aucune raison de douter de sa parole. Comme il l’a rappelé, la justice s’est prononcée. Le Premier Ministre a adressé à Nicolas Hulot un message de soutien dans cette épreuve qui l’affecte, lui et sa famille”, a indiqué Matignon dans une brève déclaration à l’AFP.

Une démission ?

Nicolas Hulot pourrait-il démissionner après ces accusations ? Le ministre ne l’exclut pas, se référant aux dommages que cette affaire pourrait causer à ses proches :

“C’est ma famille qui prime, c’est sa résistance qui prime, c’est ça qui guidera ma décision”.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages