INFO M6 - Demande de dépaysement dans l’affaire des écoutes de Bernard Squarcini

AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

Selon une source judiciaire, les avocat d’un ancien magistrat et d’un ancien grand flic ont déposé récemment une demande de dépaysement dans l’enquête dite « des écoutes de Bernard Squarcini » instruite à Paris.

Laurent Marcadier, reconverti dans la sécurité au sein du groupe LVMH a été mis en examen en octobre 2016 pour trafic d’influence dans une enquête pour laquelle l’ex-directeur du renseignement Bernard Squarcini est poursuivi. Cet ancien secrétaire général de la cour d’appel et conseiller justice de Claude Guéant au ministère de l’Intérieur, est soupçonné de complicité et de recel de violations du secret professionnel et du secret de l’instruction, ainsi que d’entrave aux investigations, selon l’AFP.

Alors en poste à la cour d’appel de Paris, qu’il s’apprêtait à quitter pour rejoindre le groupe de luxe, Laurent Marcadier est soupçonné d’avoir divulgué en mars 2013 à Bernard Squarcini des éléments confidentiels sur une plainte déposée par Hermès contre le groupe LVMH. La défense du mis en cause qui clame son innocence estime que ce dernier en qualité de magistrat de la cour d’appel avait régulièrement des interlocuteurs du parquet de Paris. Un fait qui pourrait altérer l’impartialité du parquet de Paris selon les auteurs de cette requête.

La défense de Christian Flaesch, ancien patron de la PJ parisienne, mis en examen dans ce dossier pour violation du secret de l’enquête, invoque des arguments similaires puisque le patron du 36 était en relation quotidienne avec le parquet de Paris. C’est à la cour de cassation désormais de statuer sur le bien fondé de cette requête.

Lire aussi
Italie : une famille se tue en tombant dans un volcan
Violences verbales : ces phrases qui peuvent marquer une vie
Collomb : 12 attentats déjoués depuis le début de l’année

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages