INFO M6 - Le gang de la roulette électronique démantelé

Illustration roulette dans un casino – AFP

Treize personnes, dont une femme, ont été interpellées ce matin en région parisienne à la suite d’une affaire d’escroquerie à la roulette électronique dans plusieurs casinos, notamment celui d’Enghien.

Faites vos jeux. Rien ne va plus avec certaines roulettes électroniques installées dans des casinos. Selon nos informations, des machines auraient fait l’objet d’une gigantesque escroquerie après qu’une bande de malfaiteurs a découvert une faille.

Une faille trouvée

Une manette située en-dessous de la table et réservée à la maintenance permettait en effet d’annuler une partie à tout moment et de récupérer la mise en la secouant très fort.
13 personnes sont soupçonnées d’avoir truqué des centaines de parties et d’avoir détourné des centaines de milliers d’euros.

Qui perd gagne

C’est au printemps 2017 que remontent les premières traces de cette supercherie. Les suspects sont repérés autour de ces fameuses tables de roulette électronique au casino d’Enghien (Val-d’Oise). Ils ont entre 20 et 25 ans, sont tous originaires de la même cité.

Issus de la petite délinquance, notamment connus pour des faits de vols, de recel de cocaïne, d’outrage et de rébellion, les compères avaient trouvé une combine imparable pour écumer les roulettes électroniques, sans jamais perdre d’argent : annuler n’importe quel coup qui était en leur défaveur.

Pas de surveillance humaine

Le principe de la roulette, le plus célèbre jeu de hasard de casino, réside dans le fait que les joueurs misent sur un numéro. La boule est ensuite lancée par le croupier et la roue tourne jusqu’à ce qu’elle tombe sur l’un des numéros. La roulette électronique utilise le même système, mais sans surveillance humaine. Tout est assisté par ordinateur. Pas de croupier donc pour déceler les anomalies. Il suffisait donc à la petite bande de s’installer à la même table et de titiller la manette pour « tilter » la machine, annuler la partie et récupérer la mise.

Cette poignée, une espèce de bouton « reset » qui annule le coup, était enclenchée par l’un des présumés escrocs quand ce dernier voyait que la boule s’éloignait du bon numéro. Un homme aurait été repéré par les caméras de surveillance, la main cachée par un sac à dos.

Un préjudice estimé à 800 000 euros

Selon nos informations, Le casino s’est rendu compte de la supercherie trois mois après le début des faits, à l’été 2017, et pour cause… Il y avait une vraie anomalie au niveau des probabilités. En effet cette table ne perdait quasiment plus ! Le préjudice total s’élèverait à 800.000 euros et l’enquête supervisée par le parquet de Pontoise a permis de mettre au grand jour une arnaque qui toucherait aussi, selon les éléments de l’enquête, deux casinos en Bretagne notamment.

@ArmelMehani 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages