INFO M6 - Michel Fourniret, l'ombre de deux nouveaux meurtres

Auditionné depuis la semaine passée dans le cadre de deux dossiers criminels, le tueur en série de 75 ans aurait reconnu avoir croisé la route de Johanna Parish et de Marie-Ange Domece, toutes deux tuées au début des années 90.

Un nouveau chapitre de l’itinéraire sordide de « l’Ogre des Ardennes » vient peut-être de s’écrire ces derniers jours. Auditionné dans le plus grand secret à Paris depuis la semaine passée par un juge d’instruction en charge de deux dossiers de meurtre, Michel Fourniret aurait fini par tomber le masque.

Selon nos informations, il aurait avoué avoir croisé la route de Johanna Parish et de Marie-Ange Domece, toutes deux tuées au début des années 90. Ces aveux ont été formulés de manière elliptique, nous ont confié les enquêteurs.

Le corps sans vie de la première avait été retrouvé le 17 mai 1990 à Moneteau (Yonne). D’après l’enquête, la jeune femme de 20 ans – qui officiait comme assistante pédagogique dans un lycée d’Auxerre – aurait été violée puis noyée dans l’Yonne.

Le cas de Marie-Ange Domece a lui aussi longtemps intrigué les enquêteurs. Âgée de 18 ans, la jeune femme avait disparue le 8 juillet 1988 dans la commune de Saint-Cyr-les-Colons (Yonne). Mais son corps n’a jamais été retrouvé.

Fourniret renvoyé devant les assises ?

Longtemps soupçonné par les enquêteurs – puis dénoncé par son épouse Monique Olivier qui s’était par la suite rétractée – Michel Fourniret pourrait être renvoyé dans les prochains mois devant une cour d’assises.

Selon nos informations, « l’Ogre des Ardennes » a de nouveau été auditionné ce jeudi au Palais de Justice de Paris, afin d’obtenir des informations complémentaires sur les circonstances des meurtres. Les avocats des familles des victimes sont convoqués vendredi par le magistrat instructeur en charge du dossier.

Condamné le 28 mai 2008 à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d’assises des Ardennes pour sept meurtres commis entre 1987 et 2001, « l’Ogre des Ardennes » doit être jugé par la tribunal de Versailles dans le courant de cette année, pour le meurtre de Farida Hamiche en avril 1988, crime qui lui avait permis de mettre la main sur le trésor du gang des postiches, composé de 80 kilos d’or.

@AdrienCadorel