INFO M6 - Retour des Bleus : le "comportement inacceptable" d'Alexandre Benalla à l'aéroport de Roissy

JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Les gendarmes présents à l’aéroport ont fait part à leur hiérarchie d’un incident impliquant le collaborateur de l’Élysée.

Les révélations s’enchaînent autour d’Alexandre Benalla. Placé en garde à vue ce jeudi pour violences en réunion, usurpation de fonctions, port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique et complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection, le collaborateur de l’Élysée est sous le coup d’une procédure de licenciement, a annoncé le Palais.

À lire aussi : EN DIRECT – Alexandre Benalla a été placé en garde à vue

Après avoir été identifié en train de frapper des manifestants lors du 1er mai sur une vidéo, l’homme aurait également eu, quelques mois plus tard, un comportement “inacceptable” à l’aéroport de Roissy.

À l’occasion du retour des Bleus en France après leur sacre en Russie, Alexandre Benalla a fait le déplacement sur le tarmac. Mais selon nos informations, l’homme se montre “très agité” et tente même de prendre la main sur le dispositif de sécurité, normalement assuré par les gendarmes.

“Vous me manquez de respect” (Alexandre Benalla au commandant de gendarmerie)

“Qui êtes-vous ?”, lui aurait demandé un commandant de gendarmerie. Ce à quoi Alexandre Benalla aurait répondu : “Vous me manquez de respect”, en montrant son macaron portant le sigle de l’Élysée et affirmant être en droit de diriger les opérations. Le commandant lui aurait alors rétorqué que l’autorité administrative sur cet événement était bien représentée par les gendarmes.

À la suite de cet incident, les gendarmes informent leur hiérarchie. La Délégation préfectorale des aéroports a également eu connaissance de cette affaire.

Un autre incident au Crillon

Plus tard dans la soirée, le futur ex-collaborateur de l’Élysée aurait eu une altercation avec un commissaire de police à l’intérieur de l’hôtel de Crillon, où l’équipe de France devait se rendre initialement.