Iran : un étudiant américain condamné à 10 ans de prison pour espionnage

Photo : Hassan Rouhani, président iranien depuis 2013/AFP

Un doctorant de 37 ans a été arrêté, en Iran. Soupçonné d’espionnage pour le compte des Etats-Unis, il a été condamné à 10 ans de prison.

La tension est montée d’un cran entre les Etats-Unis et l’Iran. Un doctorant en histoire américain a en effet été condamné, en Iran, à 10 ans de prison pour espionnages. Xiyue Wang, 37 ans, né en Chine avant d’être naturalisé, est accusé par la justice iranienne d’être un espion “sous le couvert de faire de la recherche”, rapporte Reuters. A la télévision iranienne, Gholamhossein Mohseni Ejei, porte-parole du pouvoir judiciaire, précise : “Cette personne, qui récoltait des informations et était directement contrôlée par l’Amérique, a été condamnée à dix ans de prison, mais peut faire appel de cette condamnation”.


Les Etats-Unis exige sa libération “immédiate”

Dans la foulée, le département d’Etat américain a dénoncé de fausses accusations qui visent à justifier la détention d’Américains en Iran, mais aussi d’autres ressortissants étrangers. Ainsi, dimanche 16 juillet, un responsable de la diplomatie américaine a expliqué : “Nous demandons la libération immédiate de tous les citoyens américains injustement détenus en Iran afin qu’ils puissent retrouver leurs familles (…) Tous les citoyens américains, en particulier les binationaux, envisageant un voyage en Iran, doivent lire avec attention notre dernier avertissement de voyage”, poursuit le département d’Etat.

Iran : 10 ans de prison pour une journaliste


Lutte contre “l’infiltration occidentale”

Mais la justice iranienne ne l’entend pas de cette oreille. Sur son site, Mizan, il est ainsi possible de lire que “l’espion américain arrêté en Iran était aussi au centre et sa mission était de rassembler des informations et des documents confidentiels”. Mizan précise avoir en sa possession 4.500 d’entre eux. De son côté, l’université de Princeton justifie la présence de l’élève en Iran pour des recherches sur la dynastie révolue des Kadjars : “Nous avons été très bouleversés par les accusations portées contre lui en lien avec ses activités universitaires, et par sa condamnation et la peine” de prison, a expliqué la prestigieuse université dans un communiqué. “Sa famille et l’université ont (…) l’espoir qu’il puisse être libéré après examen de son cas par les cours d’appel de Téhéran”.

En Iran, plusieurs dizaines de journalistes, d’artistes ou encore d’hommes d’affaires ont été arrêtés dans le cadre de la lutte contre “l’infiltration occidentale”, précise Reuters.

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages