Israël : après les Etats-Unis, le Guatemala déménage son ambassade à Jérusalem

AFP

Un acte dans un contexte de fortes tensions à la frontière palestinienne.

Les Etats-Unis et le Guatemala sont à jamais les premiers mais loin d’être les derniers à déménager leur ambassade à Jérusalem. Un acte rompant avec des décennies de consensus international qui veut que les ambassades soient installées en dehors de la Ville sainte compte tenu de son statut disputé et de la persistance du conflit israélo-palestinien.

“Vous avez toujours été parmi les premiers. Vous avez été le deuxième pays à reconnaître Israël”, a déclaré le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, lors d’une cérémonie en présence du président du Guatemala, Jimmy Morales. Allié des Etats-Unis, le Guatemala devrait prochainement être suivi par le Paraguay, qui devrait lui aussi déménager son ambassade dans le courant du mois, avant que le Honduras ne les imite.

60 morts

Le jour d’inauguration de l’ambassade américaine, lundi 14 mai, a été marqué par de violents affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens. Au moins 60 Palestiniens ont été tués et plus de 2 500 blessés. Les manifestants étaient réunis à la frontière à la fois contre l’initiative unilatérale américaine, contre le blocus israélien de l’enclave et pour le “droit au retour” des réfugiés palestiniens.

Des violences qui ont été condamnées par de nombreux pays dont la France. Le Pape s’est également exprimé. “J’exprime ma profonde peine pour les morts et les blessés. Je suis proche dans la prière et l’affection de tous ceux qui souffrent”, a déclaré le pape lors d’une audience générale devant plusieurs dizaines de milliers de personnes réunies sur la place Saint-Pierre à Rome.
“Je répète que l’usage de la violence ne conduit jamais à la paix. La guerre engendre la guerre, la violence engendre la violence”, a-t-il rappelé.

De nombreuses condamnations

Mardi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a estimé que “la sécurité d’Israël ne saurait justifier ce niveau de violences. Les Palestiniens aussi ont droit à la paix et à la sécurité”. Emmanuel Macron a condamné ces violences lors d’entretiens téléphoniques avec le roi Abdallah II de Jordanie et le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Le président français devait s’entretenir mardi avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

La Turquie et l’Afrique du Sud ont décidé de rappeler leur ambassadeur en Israël, la Turquie rappelant aussi, pour le “consulter”, son ambassadeur aux Etats-Unis.

Le rappel des faits :