La chanteuse américaine Aretha Franklin est décédée

La “reine de la soul” s’est éteinte à l’âge de 76 ans.

Le monde pleure l’une de ses plus grandes artistes. La chanteuse américaine Aretha Franklin est décédée jeudi, des suites d’un cancer du pancréas, a annoncé la famille de l’artiste dans un communiqué. 

“Dans l’un des moments les plus sombres de nos vies, nous ne sommes pas en mesure de trouver les mots appropriés pour exprimer la peine qui déchire nos cœurs (…) Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille.”

Surnommée “The Queen of soul”, Aretha Franklin s’est éteinte à son domicile à Détroit, où elle recevait depuis plus d’une semaine des soins palliatifs. La chanteuse de “Respect” et “Chain Fools” a obtenu 18 Grammy Awards et 25 disques d’or au long d’une riche carrière entamée en 1956, qui a fait d’elle l’une des personnalités afro-américaines les plus connues.

En novembre 2017, elle chantait encore au gala d’anniversaire de la fondation Elton John de lutte contre le sida à New York, mais était apparue très amaigrie.

Du Gospel à “Respect”

Née le 25 mars 1942 à Memphis, dans le Tennessee, Aretha Louise Franklin est la fille d’un prêcheur baptiste et d’une chanteuse de gospel. A 14 ans, elle enregistre son premier titre et sa voix puissante, reconnaissable entre mille, lance rapidement sa carrière. Les tubes s’enchaîneront alors : “Baby I Love You”, “(You Make Me Feel) Like a Natural Woman”, “Chain of Fools” et surtout “Respect”, adoubée cinquième meilleure chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stone, qu’elle reprendra d’Otis Redding en 1967. 

Une figure américaine

En 1968, Aretha Franklin chante à l’enterrement de Martin Luther King, ami personnel de son père dont la mort a bouleversé l’Amérique, et à la convention du parti démocrate. En 2005, elle reçoit du président George W. Bush la médaille de la Liberté, la plus haute distinction américaine pour un civil. En janvier 2009, elle chante pour l’investiture de Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, impériale sous un chapeau gris, lors d’une cérémonie chargée d’émotions.

Quand Aretha Franklin faisait pleurer Barack Obama

En janvier 2016, la diva de la soul parvenait également à émouvoir le président américain lors d’une cérémonie à la télévision américaine.