Levothyrox : 25 patients remportent une première manche contre Merck

AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

La décision de justice ne concerne que la Haute-Garonne mais pourrait bien faire jurisprudence. Le Tribunal de grande instance de Toulouse a condamné ce matin le laboratoire pharmaceutique Merck à fournir “sans délai” l’ancienne formule du Levothyrox à des patients du département. Le tribunal a également infligé une astreinte de 10.000 euros par jour par infraction constatée.

90 plaignants, qui souffraient “de graves troubles” après avoir pris une nouvelle formulation du Levothyrox, avaient saisi la justice en urgence. Leur avocat, Jacques Lévy, a détaillé devant la cour de lourds effets secondaires sur l’humeur, des problèmes gastriques, des troubles du sommeil chez les utilisateurs de la nouvelle formule.
25 d’entre eux obtiennent donc satisfaction. Cependant, le juge des référés de Toulouse s’est déclaré incompétent pour les 65 patients résidant à l’extérieur du département de Haute-Garonne.

Le 8 novembre, à l’audience, la première civile en France, le juge s’était transporté dans une pharmacie à proximité du tribunal pour constater l’absence de l’ancienne formulation du Levothyrox.
Reconnaissant les effets secondaires chez certains patients, l’avocat de Merck a souligné devant la cour que la nouvelle formule avait été exigée par l’Agence du médicament qui déplorait le manque de stabilité du Levothyrox.

Par ailleurs, une plainte visant notamment la ministre de la Santé et le ministre de l’Économie a été déposée vendredi dernier au tribunal de Grasse pour non-assistance à personne en danger dans l’affaire du Levothyrox. La plaignante, Mme Anne-Catherine Colin-Chauley, se base sur les articles du Code pénal concernant “l’abstention volontaire de porter assistance à une personne en péril”.

Face à la colère des patients, l’ancienne formule du médicament a fait son retour dans les pharmacies françaises le 2 octobre, mais en quantités limitées. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a également indiqué que les malades disposeraient de cinq médicaments offrant une alternative au Levothyrox à partir de mi-novembre.
Au total, trois millions de patients prennent ce médicament en France (premier marché mondial) pour soigner l’hypothyroïdie ou après une opération de cancer de la thyroïde.
Selon la ministre de la Santé, plus de 9.000 personnes ont signalé à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANS) des effets indésirables.

Lire aussi
Levothyrox : une plainte contre deux ministres pour non-assistance à personne en danger
Levothyrox : le retour de l’ancienne formule en pharmacie, à certaines conditions
Levothyrox : perquisition au siège du laboratoire Merck
Levothyrox : la justice ouvre une enquête

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages