Ouragan Maria : une personne décédée et deux disparues en Guadeloupe

DR

L’ouragan Maria se dirige désormais vers les îles de Saint-Martin et de Saint-Barth, qui ont été placées en vigilance cyclonique violette. En Guadeloupe, une personne est décédée et deux sont portées disparues.

L’alerte violette à l’approche du cyclone Maria a été déclenchée à midi (18h heure de Paris) à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a annoncé mardi la préfète déléguée Anne Laubiès, lors d’un point presse.

Cette alerte violette, synonyme de confinement des populations, sera décrétée “jusqu’à nouvel ordre sur les deux îles”, déjà ravagées par l’ouragan Irma au début du mois. “En temps normal, je ne l’aurais pas fait, mais vu la fragilité de l’habitat, les débris qui restent, je ne veux pas prendre de risque”, a expliqué Anne Laubiès.


Saint-Martin déjà fragilisé par Irma

L’ouragan Maria, toujours en catégorie 5, devrait s’approcher à 150 km des côtes sud de l’île de Saint-Martin, avec des rafales à 100/120 km et des pluies fortes sur un sol déjà détrempé par Irma, il y a près de deux semaines.

Pour le président de la collectivité territoriale de Saint-Martin, Daniel Gibbs, “il faut rester confiné jusqu’à demain car tout objet volant peut être mortel”.  Cinq abris sont ouverts, avec une capacité de 400 à 500 personnes.

Par ailleurs, toujours en raison du passage de l’ouragan Maria, la préfète a décidé de “prolonger l’interdiction de circulation à Saint-Martin jusqu’à mercredi à midi”.

Un mort en Guadeloupe

Une personne a été tuée mardi en Guadeloupe par la chute d’un arbre et deux autres sont portées disparues suite au naufrage d’un bateau au large de La Désirade, a annoncé la préfecture de Guadeloupe après le passage de l’ouragan Maria.

La personne décédée “n’a pas respecté les consignes de confinement”, précise la préfecture dans un premier bilan provisoire publié après le passage de l’ouragan, ajoutant que “tous les réseaux routiers de l’archipel sont impactés par des chutes de branches ou d’arbres”.

Girardin sur place

Depuis la Guyane où elle se trouve, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a annoncé qu’elle se rendait dans l’après-midi en Guadeloupe. “Les conditions météo sont toujours très mauvaises, la pluie, la houle augmentent les risques d’inondations, de submersion et de glissement de terrain”, a prévenu la préfecture, invitant la population à rester chez elle.

“Les vents demeurent très violents. De nombreux arbres se sont abattus sur les routes et 80 000 foyers sont privés d’électricité”, a-t-elle précisé. Ecoles, administrations et entreprises sont fermées dans toute l’île.


Des rues inondées

Sur RCI, le maire de Terre-de-Haut, aux Saintes, Louis Molinié, a décrit une situation “catastrophique”. Et le maire de Pointe-à-Pitre Jacques Bangou a parlé d’une “forte montée des eaux” et de “plusieurs rues inondées”.

“Plusieurs inondations ont été signalées dans la région” de Pointe-à-Pitre, “ainsi que des submersions sur le littoral du sud Basse-Terre”, a poursuivi la préfecture dans un communiqué, en soulignant qu’il y avait “peu de dégâts sur le bâti” signalés par les communes, même si “plusieurs toitures se sont envolées”.

Selon la préfecture, “40 % des foyers sont privés d’électricité, soit 80.000 abonnés”, et “25 % des clients de téléphonie fixe n’y ont plus accès”. “Les Saintes, Marie-Galante, Petit-Bourg et La Désirade font partie des zones les plus impactées”, ajoute-t-elle.

 

La Martinique relativement épargnée

En Martinique, où l’œil du cyclone est passé à 50 km des côtes du nord, Maria a fait des “dégâts matériels peu importants, peu significatifs” et deux blessés “très, très légers”, a indiqué le directeur général de la Sécurité Civile, promettant “une remise en état et une reprise de la vie économique dès que la fin de la dépression sera passée”.

Selon la préfecture, 33.000 foyers ont été privés d’électricité. Le préfet a maintenu mardi l’arrêt de l’activité économique et la fermeture des écoles et ordonné à la population de rester confinée.
Certains s’étaient regroupés pendant l’ouragan, comme ces six amis réunis à Sainte-Anne qui ont partagé un bon repas et échangé sur les réseaux sociaux, a constaté une correspondante de l’AFP. Un peu avant 01H00 (07H00 à Paris), un énorme bruit s’est fait entendre: “On vient de perdre le portail”.

La Dominique ravagée

La Dominique, située entre la Martinique et la Guadeloupe, a “perdu tout ce qui pouvait être perdu”, a déclaré mardi matin le Premier ministre Roosevelt Skerrit sur Facebook, affirmant que les vents “ont emporté les toits de presque toutes les personnes auxquelles j’ai parlé ou été en contact”. Aucune victime n’est toutefois signalée jusqu’à présent dans l’île d’environ 70.000 habitants, a-t-il ajouté.

Le gouvernement, accusé par une partie de l’opposition et des habitants sur place d’avoir tardé à envoyer secours et renforts policiers pour Irma, a dépêché des renforts aux Antilles, notamment 668 personnels de la sécurité civile.


Par ailleurs, un contingent de 565 militaires de la Sécurité civile devait quitter la métropole dans la journée. Un deuxième renfort, “une centaine de militaires de la Sécurité civile, de sapeurs-pompiers spécialisés dans les opérations de déblaiement” devait également rejoindre les Antilles dans la soirée de mardi.

Les Iles Vierges britanniques, fortement éprouvées par l’ouragan Irma, étaient placées sous couvre-feu mardi à l’approche de l’ouragan qui devrait passer près de ses côtes dans la soirée.


Ouragan Irma : “aucun cas d’épidémie” à Saint-Martin pour le moment
Emmanuel Macron à Saint-Martin : l’échange tendu avec une habitante

Ce contenu peut également vous intéresser


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages