Macron veut ouvrir "une page d'avenir" avec l'Algérie

Visite du président français Emmanuel Macron à Alger, le 6 décembre 2017 – AFP

C’ést la première visite officielle du président français à Alger.

Emmanuel Macron, en visite-éclair à Alger, a exprimé mercredi le vœu d’ouvrir “une page d’avenir” avec l’Algérie loin des passions et antagonismes passés dont il a regretté qu’ils “bloquent” encore le partenariat entre la France et son ancienne colonie.

Dix mois après ses propos qualifiant la colonisation française de “crime contre l’humanité”, le chef de l’Etat, qui a rencontré le président Abdelaziz Bouteflika et déjeuné avec des membres de la société civile, a appelé à des “gestes réciproques” pour aider au travail de mémoire.

Première visite depuis la campagne

Pour cette première visite officielle en Algérie, il s’est ainsi dit prêt à ce que la France restitue les crânes d’insurgés algériens tués au XIXe siècle par l’armée française et conservés au Musée de l’Homme à Paris.

Pressé par des jeunes, lors d’un bain de foule dans le centre d’Alger, de “donner des visas”, le président français a défendu un partenariat économique ambitieux entre les deux pays afin de donner des perspectives locales à la jeunesse.

“J’ai vu ce matin trop de jeunes qui m’ont simplement demandé d’avoir un visa. Ce n’est pas un projet de vie”

“Construire les choses” de manière “pragmatique”, “dépassionné” : le président français a assorti son message de renouveau de deux annonces. Premièrement, la création d’un fonds d’investissement franco-algérien “qui permettrait d’accompagner les entrepreneurs algériens investissant en France et les entrepreneurs français désireux de se rendre en Algérie.” Le chef de l’Etat n’a pas précisé le montant de ce dispositif.

Fondation d’école pour la formation numérique

Ensuite, il a annoncé la fondation prochaine d’une école pour la formation des jeunes en matière de numérique, sur le modèle de l’école “42” de Paris créée, notamment, par Xavier Niel. “Le jeunesse veut faire et nous devons la laisser faire”.

“L’ambition que j’ai pour la relation entre l’Algérie et la France n’a rien à voir avec ce qu’on a fait depuis des décennies. C’est une histoire nouvelle qui s’écrit”

Les visites des présidents français en Algérie

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages