Manuel Valls aurait choisi un allié sulfureux pour la bataille des municipales à Barcelone

PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Pas encore officiellement candidat, l’ex-Premier ministre commence à s’entourer. Selon le site francophone de Barcelone “Equinox”, il aurait choisi comme bras-droit un homme très controversé.

“Je n’ai pas encore pris ma décision. Mais je regarde ça de près avec beaucoup d’intérêt”. Interrogé le 30 mai dernier sur France Inter, Manuel Valls laissait la porte plus qu’entrouverte à une éventuelle candidature à la mairie de Barcelone.


Depuis, il semblerait que les choses s’accélèrent. Celui qui multiplie les rencontres avec les responsables politiques espagnols aurait même déjà formé son équipe de campagne, si l’on en croit le site francophone basé à Barcelone Equinox.

Le média local va même plus loin en affirmant que l’ancien Premier ministre de François Hollande a fait son choix concernant son futur bras droit pour la bataille des municipales. Il s’agirait d’un homme très controversé en Espagne : Josep Ramon Bosch.

Accusé d’avoir menacé des journalistes et politiques pro-indépendance

Ancien président de l’association Société Civile Catalane (SSC) qui luttait contre l’indépendance de la Catalogne, il avait en effet démissionné en catastrophe de son poste fin 2015, son nom étant cité dans plusieurs affaires, révélées au grand jour par le journaliste Jordi Borras, spécialiste de l’ultra-droite, rapporte Equinox.

Josep Ramon Bosch a notamment été accusé d’avoir créé un faux profil sur Facebook via lequel il proférait des menaces de mort à l’attention des journalistes et responsables politiques pro-indépendance. On l’accuse également d’être derrière un compte YouTube qui multipliait la diffusion de vidéos contenant des images et symboles nazis. Mais l’homme de 55 ans a toujours nié son implication.

Proche des réseaux franquistes

Mais Josep Ramon Bosch est également pointé du doigt pour ses accointances avec les réseaux franquistes. Pour preuve, il s’était rendu en 2013 à une commémoration du soulèvement militaire franquiste du 18 juillet, rappelle le site local.

Equinox a d’ailleurs contacté l’homme a la réputation sulfureuse, qui a d’abord tenu à souligner que “l’affaire de la vidéo nazie n’a jamais été jugée pour cause de prescription”. Il a ensuite minimisé son rôle auprès de Manuel Valls, affirmant que ce dernier “a son propre agenda”, tout en confiant déjeuner et dîner “souvent avec lui lorsqu’il vient à Barcelone”.

Manuel Valls “très motivé” pour se présenter

Alors le député LREM officialisera-t-il sa candidature et confirmera-t-il Josep Ramon Bosch en tant que bras droit ? Celui-ci l’assure : Manuel Valls “est très motivé”. Publié récemment, le dernier baromètre électoral de la mairie de Barcelone ne donnait que 5,2% des voix au parti Ciutadans, qui pourrait soutenir le Français aux municipales de l’an prochain.