Notre-Dame-des-Landes : les zadistes peuvent encore régulariser leur projet, annonce la préfecture

Reuters

La préfecture appelle les zadistes qui le souhaitent à déclarer leur projet en préfecture d’ici le 23 avril.

C’est la dernière chance pour les zadistes de pouvoir rester sur la ZAD : déclarer leur projet agricole individuel en préfecture. Ce vendredi matin, à l’issue de l’opération d’expulsion qui dure depuis lundi, la préfète de Loire-Atlantique a précisé que les personnes intéressées avaient jusqu’au 23 avril prochain pour remplir un “formulaire simplifié” dédié :


Rétablir “l’ordre public”, la priorité d’Emmanuel Macron

Jeudi, Emmanuel Macron avait évoqué le nécessaire “rétablissement de l’ordre public”, tout en affirmant que “ceux qui ont un projet” doivent pouvoir le développer.


Une opération coup de poing ce vendredi matin

Une double opération a débuté ce vendredi matin dès 06h sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Une de gendarmerie pour dégager les axe routiers , l’autre de police judiciaire pour enquêter sur les “violences” des journées précédentes,  a annoncé la gendarmerie.

L’opération d’évacuations se concentre sur la D81, la route où une embuscade a eu lieu jeudi faisant 10 blessés parmi les forces de l’ordre. La D81 est l’une des deux routes principales traversant la ZAD.


“Aucune expulsion n’est prévue ce jour”, a toutefois précisé la gendarmerie.

Des renforts venus de France et d’Europe

Depuis lundi et le début de l’opération de gendarmerie, 29 squats ont été détruits. “Tout ce qui était évacuable a été évacué”, précise la préfète de Loire-Atlantique. Jeudi, les opérations de déblaiement se sont poursuivies dans un contexte tendu car les zadistes ont reçu le soutien de nombreux renforts venus de France et d’Europe. Selon les forces de l’ordre, ils étaient près de 500 sur la zone jeudi.

Notre-Dame-des-Landes : une trentaine de “squats” déblayés