Obésité des enfants : le rapport inquiétant de l'OMS

Getty

C’est un chiffre inquiétant que publient l’OMS et l’Imperial College London. Le nombre d’enfants et d’adolescents touchés par l’obésité a été multiplié par 10 au cours des 40 dernières années et le phénomène accélère dans les pays à faibles et moyens revenus, tout particulièrement en Asie.

Le taux d’enfants et d’adolescents concernés par l’obésité a commencé à diminuer aux Etats-Unis et en Europe de l’Ouest, ainsi que dans d’autres pays riches, mais il y reste à un niveau “inacceptable”, disent les chercheurs.
“Ces tendances inquiétantes reflètent l’impact de la commercialisation des produits alimentaires et des politiques dans ce domaine à l’échelle mondiale, avec des aliments sains et nutritifs trop chers pour les familles et les communautés défavorisées”, dit l’étude.

Le nombre d’enfants et d’adolescents obèse est passé de 11 millions en 1975 à 124 millions en 2016. En outre, 213 millions étaient considérés en surpoids en 2016 mais restaient en dessous du seuil de l’obésité.

“Il nous faut les moyens de faire en sorte que les aliments sains et nutritifs soient davantage disponibles, dans les foyers comme dans les écoles, en particulier dans les familles et les communautés défavorisées, et des règlements et des taxes pour protéger les enfants des aliments nocifs pour leur santé.”

Pour enrayer cette tendance, les chercheurs estiment qu’un effort doit être fourni pour améliorer la nutrition tant à la maison qu’à l’école afin d’éviter que les enfants obèses développent un diabète une fois arrivés à l’âge adulte.

Ils suggèrent notamment que la composition des produits alimentaires soit plus facilement identifiable pour aider les consommateurs à choisir les produits sains.
Ils proposent également que les produits associés à la “malbouffe” soient plus lourdement taxés et que le marketing soit plus sévèrement encadré. L’OMS a déjà recommandé qu’une taxe de 20% soit imposée sur les boissons à forte teneur en sucre.

En Afrique du Sud, en Egypte et au Mexique, où les taux d’obésité étaient dérisoires il y a 40 ans, la proportion de filles obèses est désormais comprise entre 20 et 25%.
“En Asie de l’Est, en Amérique latine et dans les Caraïbes notamment, les enfants et les adolescents sont rapidement et majoritairement passés de l’insuffisance à l’excès pondéral.”

Si cette tendance se confirme, il y aura en 2022 plus d’enfants et d’adolescents obèses qu’en insuffisance pondérale.

Lire aussi
Alimentation : nos assiettes décryptées
Bordeaux : grève dans les cantines scolaires
Santé : un patch pour perdre les poignées d’amour ?

Ce contenu peut également vous intéresser

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages