Incendie à Pau : la piste du "drame familial" privilégiée, un corps retrouvé ligoté

Illustration

Cinq personnes, dont un enfant, ont été retrouvées mortes dans un appartement de Pau après un incendie mardi matin. Selon nos informations, la piste criminelle est privilégiée.

Que s’est-il réellement passé mardi matin dans ce logement du centre-ville de Pau ? Quatre adultes et un enfant ont été retrouvés morts après l’incendie de leur appartement du 10 rue Richelieu, selon les pompiers.

“Cinq personnes dont un enfant sont décédés au cours d’un feu dans un appartement situé au 1 étage d’une résidence de quatre étages du centre ville” (Pompiers)

Les enquêteurs de la police judiciaire, qui a été saisie de l’enquête, cherchaient toujours à identifier les victimes, qui seraient toutes d’origine espagnole, sauf le père de l’enfant, selon une voisine. L’enfant serait âgé de deux ans.

Un drame familial ?

Les circonstances du drame restent encore à déterminer, mais les premiers éléments de l’enquête laisseraient penser à un drame familial, selon une source de proche de l’enquête.

“Tout laisse penser qu’on est sur la piste d’un drame familial (…) Il s’agit de deux couples et d’un enfant. Le drame s’est déroulé à l’intérieur (de l’appartement). Il y a des traces de violences sur un couple et l’épouse de l’autre”.

“Beaucoup de sang” et un corps ligoté

Les pompiers ont en effet été appelés par une personne “qui ne pouvait pas ouvrir la porte de l’appartement dans lequel a eu lieu l’incendie et qui s’inquiétait car elle voyait du sang couler sur le rebord d’une des fenêtres de l’appartement”, ont précisé les secours. Une fois à l’intérieur, les sapeurs-pompiers ont découvert “un canapé (qui) se consumait”.

“La jeune femme a été trouvée ligotée et bâillonnée avec de l’adhésif autour du cou” dans la salle de bain, a précisé cette source, et son mari “se serait tailladé les veines”. Quant aux parents de la jeune femme, présents dans l’appartement, “ils portent des traces de violences par objets contondants”, a ajouté cette source. Selon la même source, il n’y a “pas de trace de violences apparentes sur l’enfant, qui serait mort des suites de l’incendie”, probablement intoxiqué par les fumées.

D’après l’adjoint au maire en charge de la sécurité Marc Cabane, répondant à nos confrères de La République des Pyrénées, l’incendie aurait bien été précédé d’un “acte violent”.

“Il y avait beaucoup de sang partout dans l’appartement. L’incendie a probablement été déclenché par l’auteur qui s’est suicidé”.

Vingt-sept personnes ont été évacuées dans l’immeuble. Le quartier a été bouclé.