Procès Heaulme : la réclusion criminelle à perpétuité requise contre "le routard du crime"

Photo : AFP

Après plus d’un mois de procès, l’avocat général de la cour d’assises de la Moselle a requis la réclusion criminelle à perpétuité mercredi 17 mai contre Francis Heaulme, dans le cadre du double-meurtre de Montigny.

Depuis plus d’un mois maintenant, la cour d’assises de la Moselle juge Francis Heaulme. Mercredi 17 mai, l’avocat général a requis la réclusion criminelle à perpétuité contre le “routard du crime” qui se retrouve une nouvelle fois devant la justice pour le double-meurtre de Montigny.

Il est en effet accusé d’avoir tué, le 28 septembre 1986, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, à coups de pierre. Les corps des petits avaient été retrouvés sur un talus appartenant à la SNCF. L’affaire, qui secoue la France depuis 30 ans maintenant, a notamment été marquée par la condamnation de Patrick Dils à la perpétuité le 27 janvier 1989 avant que son innocence ne soit reconnue en 2002 et que les soupçons sur Francis Heaulme commencent à émerger. Mais ce dernier n’a eu de cesse de nier toute implication dans le meurtre des deux enfants.

Procès de Francis Heaulme : le témoignage de Patrick Dils

“Montigny, c’est pas moi”

Toujours est-il que ce mercredi 17 mai, après plus de deux heures de réquisitoire, Jean-Marie Beney, avocat général et Brigitte Harmand-Colette, substitut du procureur, ont demandé aux jurés de ne pas s’attacher au manque d’aveux de l’accusé qui répète en boucle : “Montigny, c’est pas moi”. Après avoir fait la liste des éléments qui, selon lui, accablent Francis Heaulme, Jean-Marie Beney a en effet déclaré : “Nous nous passerons d’autant plus volontiers de ces aveux que nous savons que les aveux peuvent fausser le raisonnement. L’absence d’aveux est une manière d’aggraver la douleur des familles, mais ca n’est pas une façon d’égarer la justice (…) “Francis Heaulme vous dit ‘Montigny, c’est pas moi’. Par votre juste verdict, vous lui direz ‘Alexandre c’est vous, Cyril c’est vous’ et au nom de de l’intérêt général, vous prononcerez la peine de réclusion criminelle à perpétuité”.


Liliane Glock, l’une des avocates de l’accusé, a quant à elle pris la parole pour dépeindre son client, qu’elle qualifie de “bouc émissaire” de la justice dans ce dossier vieux de trois décennies. “Clôturez cette affaire proprement. Et la seule façon de la clôturer proprement, c’est d’acquitter Francis Heaulme”, explique-t-elle.

Du haut de ses 58 ans, Francis Heaulme a déjà été condamné pour neuf meurtres, dont deux fois à la perpétuité, rappelle l’AFP, tout en bénéficiant d’un acquittement et d’un non-lieu dans deux autres affaires.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages