Réforme du code du travail : une mobilisation en forte baisse à Paris

La CGT et Solidaires organisent une troisième journée de mobilisation contre les ordonnances réformant le code du travail. Le défilé parisien est peu fourni par rapport aux précédentes manifestations.

Selon la CGT, 25.000 personnes participent à la manifestation parisienne partie de la gare Montparnasse à 14h. Des chiffres en forte baisse en comparaison avec les deux premières journées de mobilisation qui avaient rassemblé 55.000 personnes le 21 septembre et 60.000 le 12, toujours selon le syndicat. La préfecture de Police, elle, n’a comptabilisé que 5.500 manifestants ce jeudi.

Pour cette troisième journée de mobilisation, la CGT a déclaré vouloir continuer à mobiliser contre la “casse sociale” représentée selon elle par les ordonnances réformant le code du travail.

Peu de perturbations à la SNCF

A la SNCF, seule la CGT-Cheminots a appelé à la grève, les perturbations sont donc légères :

    • TGV : trafic normal
    • International (Thalys, Eurostar…) : Normal
    • Transilien : Normal
    • Intercités : 80% du trafic assuré
    • 1 train sur 4 prévu sur les lignes Intercités de jour Paris-Bourges-Montluçon et Paris-Orléans-Toulouse
    • Intercités de nuit Paris-Toulouse et Paris-Nice ne circuleront pas ce jeudi soir
    • TER : + de 90% du trafic assuré

Bientôt une mobilisation unitaire des syndicats ?

Les perturbations sont limitées du fait notamment de la désunion syndicale. Les organisations réfléchissent toutefois à l’organisation d’une mobilisation commune. Ils doivent se réunir le 24 octobre à ce sujet.

En attendant, dans les défilés ce jeudi, seuls CGT et Solidaires devraient figurer, même si des militants de FO, de la CFDT ou de la CFTC, devraient aussi répondre présents. Les manifestations des 12 et 21 septembre avaient respectivement rassemblé 223 000, puis 132 000 personnes dans toute la France, selon la police.

Le gouvernement avance sur son deuxième gros chantier

Le gouvernement, lui, est déjà passé à autre chose, un mois après l’entrée en vigueur des ordonnances réformant le code du travail. L’exécutif s’est maintenant attaqué au deuxième volet de ses réformes sociales, sur l’apprentissage, la formation professionnelle et l’assurance chômage.

Une marche rapide qui donne le tournis aux syndicats, déjà conviés à discuter sur ces sujets par Matignon et l’Elysée.

Lire aussi :
Code du travail : l’épreuve de la rue
Code du travail : ce que contient le projet de réforme

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages