Routiers : journée de mobilisation contre la réforme du code du travail

Reuters

C’est une nouvelle semaine sociale chargée qui s’annonce. Les routiers CGT et FO débrayent pour faire barrage à la réforme du code du travail. Ils promettent des actions fortes et visibles et menacent d’une pénurie de carburant.

 

Les blocages ont commencé dès cette nuit avec l’action d’une trentaine de grévistes qui se sont positionnés sur l’autoroute A22 dans le Nord, près de la Belgique, empêchant tout poids-lourd de circuler. D’autres actions se mettent en place tranquillement” partout en France, selon Bruno Lefebvre de FO, au Havre, à Rouen, Caen, Bordeaux, La Rochelle, Marseille, Lyon ou encore Nantes.

Les raisons de la colère

Les chauffeurs routiers en colère se disent prêts à aller jusqu’au bout, évoquant déjà une mobilisation reconductible qui pourrait entraîner de vrais difficultés sur les routes, voire des pénuries de carburant. Dans leur ligne de mire : le contenu des ordonnances de la loi travail et notamment le plafonnement des indemnités prud’homales et la possibilité de renégocier par entreprise au lieu des branches qui pourrait entraîner une baisse de leur rémunération et de leur protection sociale. Des revendications salariales sont aussi exprimées, notamment de la part des conducteurs de matière dangereuse.

Le gouvernement “mobilisé”

“La bonne réponse, ce n’est pas le blocage mais le dialogue”, a plaidé Elisabeth Borne, qui assure que “le gouvernement est très mobilisé pour éviter le dumping social”. De son côté, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a déclaré que le gouvernement devait “tenir compte des spécificités” du secteur du transport routier, mais aucune réponse concrète n’a été apportée pour le moment pour répondre aux craintes de la profession.

Le point sur le perturbations lundi matin :

  • Près de Rennes, 70 à 80 routiers se sont positionnés aux abords du dépôt de Vern-sur-Seiche, selon FO
  • A Donges (Loire-Atlantique), près de Nantes, plusieurs dizaines de manifestants (routiers, syndicalistes, salariés d’Airbus et quelques zadistes) sont contenus par les gendarmes sur un rond-point proche de la raffinerie Total
  • A Caen, une “opération escargot” a été menée sur la rocade par “une quarantaine de véhicules” d’après la CGT, moitié moins selon la préfecture. La police a ensuite mis fin à une tentative de barrage filtrant devant un centre routier
  • Environ “50 personnes” se sont rassemblées devant un terminal pétrolier à Grand-Quevilly, près de Rouen, d’après la CGT
  • Dans le Nord, une tentative de blocage du dépôt pétrolier de Douchy, près de Valenciennes, a échoué, celui-ci étant protégé par les forces de l’ordre
  • Des sources syndicales ont évoqué une action à la plateforme multimodale de Dourges (Pas-de-Calais), principal centre logistique de la région
  • A La Rochelle, “les dépôts de carburants sont fermés”, et une action est menée à un péage près de Lyon, a-t-il ajouté.
  • Une opération-escargot était prévue sur l’autoroute en direction d’Arras, ainsi que des actions à Valenciennes et Dunkerque
  • Le dépôt pétrolier de la Mède, près de Marseille, est bloqué, affirme ce matin Fabrice Michaud de la CGTActions des routiers contre la réforme du travail

 

Lire aussi :

Code du travail : ce que contient le projet de réforme

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages