Santé : les médicaments à éviter et ceux à privilégier pour vos enfants

Des médicaments dans une pharmacie – Illustration – AFP

L’association UFC-Que choisir a publié ce 22 février la liste des médicaments “inutiles” ou “dangereux” pour traiter les plus jeunes.

Régurgitations, toux, rhume, les tout-petits ne sont pas épargnés par ces désagréments. Et tous les médicaments disponibles en pharmacie ne sont pas efficaces, assure l’association UFC-Que choisir dans son numéro paru ce jeudi 22 février.  Le magazine dresse ainsi une liste de traitements “inutiles” voire parfois même “dangereux”.

Des épaississants plutôt que des traitements pour les régurgitations

On apprend par exemple qu’en cas de régurgitations, phénomène qui touche près d’un tiers des enfants de moins d’un an, les pansements gastriques, comme le Gaviscon nourrisson ou le Polysilane ne sont pas conseillés. Leur efficacité “n’est pas prouvée”, selon l’UFC-Que choisir. Le Motilium, également prescrit, peut quant à lui occasionner “des effets indésirables graves tels que des problèmes cardiaques et des effets indésirables neurologiques rares”. Pourtant, ce dernier est toujours en vente libre…

Que faire ? Pour lutter contre ce problème, le magazine préconise plutôt de se tourner vers des épaississants tels que Magic Mix de Picot ou encore Gumilk bébé expert de Galliaou, ou encore d’utiliser du lait déjà épaissi comme par exemple le Galliagest. Ces produits, selon le rapport, permettent de réduire significativement les régurgitations.

Pour la fièvre, oubliez l’ibuprofène

Concernant la fièvre, l’ibuprofène n’est pas recommandé, surtout si l’enfant n’a pas consulté. Les médicaments contenant ce principe actif, tels que le Nurofenpro ou l’Advilmed peuvent en effet causer des effets secondaires au niveau des reins et du système digestif.

Que faire ? Mieux vaut privilégier le paracétamol, qui peut être administré dès la naissance, tout en respectant les doses correspondant au poids de l’enfant.

A lire aussi : Fertilité : l’ibuprofène à haute dose serait nocif pour les hommes

Les sirops “rarement utiles” contre la toux

Les médicaments administrés contre la toux sont également dans le viseur de Que choisir. Les sirops antihistaminiques comme Humex toux sèche ou encore le Toplexil sont jugés “rarement utiles” et peuvent parfois provoquer des convulsions, peut-on lire dans le dossier. Les sirops codéinés tels que l’Euphon ou le Néocodion sont également à oublier.

Que faire ? : “En général, empêcher l’écoulement des glaires du rhume dans la gorge en désobstruant le nez, avec du sérum physiologique ou de l’eau de mer stérile, est la mesure la plus efficace”, note l’association.

Contre la diarrhée, privilégiez la réhydratation

En cas de diarrhée aigüe, l’association déconseille les antiseptiques intestinaux, comme le Panfurex, peu efficaces et pouvant causer de sérieux effets indésirables. L’Immodium n’est pas non plus à privilégier, car il ne fait « que ralentir le transit ». Les probiotiques, mais aussi le Smecta ne se révèlent pas plus efficaces, révèle l’enquête.

Que faire ? Se limiter à prévenir tout risque de déshydratation grâce à des solutions de réhydratations orales telles que l’Adiaril.

A lire aussi : Les femmes enceintes consomment trop de médicaments

Les huiles essentielles dangereuses pour traiter les rhumes

Enfin, pour les enfants sujets aux rhumes, Que Choisir affirme qu’il est dangereux de donner des sprays décongestionnants comme le Pernazène ou du Rhinofluimucil aux jeunes de moins de 15 ans. Ces produits, qui ne sont normalement plus prescrits pour traiter les rhumes chez les petits, selon franceinfo, peuvent avoir des conséquences sur le système vasculaire et cardiaque de l’individu. Les huiles essentielles sont également déconseillées pour les enfants de moins de 12 ans, pouvant être à l’origine de convulsions notamment chez les enfants épileptiques.

Que faire ? Utiliser uniquement des mouches-bébés ou encore des sprays contenant de l’eau de mer pour laver le nez des tout-petits, le plus efficace pour soigner le rhume, affirment les spécialistes cités dans l’étude.

Un mini-robot au service de la médecine