Tariq Ramadan : un alibi pourrait contredire l’une des deux plaignantes

Tariq Ramadan – Reuters

L’islamologue en détention depuis vendredi aurait fourni à la justice un alibi pour l’une des deux agressions dont il est accusé.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Tariq Ramadan. L’islamologue, incarcéré à l’issue de sa mise en examen pour viols vendredi, pourrait avoir un alibi pour l’une des deux agressions dont il est accusé.

Un billet d’avion crucial

Selon Le Parisien qui révèle cette information, ses avocats ont en effet transmis au parquet de Paris une réservation d’un vol Londres-Lyon au nom de l’islamologue datée du 9 octobre 2009, soit le jour de l’agression présumée de l’une des deux plaignantes. Cette dernière a déclaré aux enquêteurs avoir été violée par le théologien ce jour-là, dans l’après-midi. Or, selon le document fourni en décembre par les avocats de Tariq Ramadan, l’avion se serait posé à 18h35 sur le tarmac de Lyon et l’islamologue était attendu pour une conférence prévue à 20h30.

Un élément transmis trop tard aux enquêteurs

Selon le Parisien, cette pièce peut-être capitale pour la suite de l’enquête “s’est mystérieusement égarée” au parquet de Paris avant de faire sa réapparition le 1er février. Ce qui a empêché les enquêteurs d’interroger Tariq Ramadan sur cet alibi, comme de le vérifier “en envoyant une réquisition à la compagnie aérienne par exemple”, note le quotidien.

Cette information est publiée ce mardi, jour de débat entre le juge des libertés et de la détention (JLD) et la défense de l’islamologue qui espère pouvoir sortir de prison.

Justice : Tariq Ramadan en prison


Deux accusations de viol

Mis en examen pour viols et incarcéré vendredi, le théologien belge de 55 ans a été confronté jeudi après-midi à l’une des deux plaignantes l’accusant de viol dans un hôtel lyonnais en 2009. Selon des sources proches du dossier, Tariq Ramadan a refusé de signer le procès-verbal à l’issue de cette confrontation.

La seconde plaignante, Henda Ayari, une ancienne salafiste, l’accuse de l’avoir violée en 2012 dans un hôtel parisien, des faits évoqués dans une autobiographie dans laquelle elle ne révélait pas l’identité de son agresseur. C’est dans la foulée de l’affaire Weinstein que femme de 41 ans dit avoir eu un déclic et décidé de porter plainte.

A lire aussi : Affaire Tariq Ramadan : Henda Ayari mise en cause par un mystérieux témoignage

L’accusé nie les faits

Tariq Ramadan nie les faits qui lui sont reprochés. D’un commun accord avec l’université d’Oxford dans laquelle il était professeur, Tariq Ramadan a été mis en congé. Toutefois, le prédicateur continue toujours de diriger l’institut islamique de formation à l’éthique de Paris.