Toulouse : ils veulent appeler leur enfant Jihad, la justice le renomme Jahid

illustration

Né à Léguevin, près de Toulouse, le 2 août dernier, “Jihad” s’appelle officiellement “Jahid” depuis vendredi dernier.

Ils voulaient appeler leur bébé “Jihad”.  Le tribunal de grande instance de Toulouse a décidé vendredi d’annuler ce prénom auprès de l’état-civil et de lui substituer celui de “Jahid”. Une décision prise au nom de l’article 57 du Code civil qui stipule que même si “les prénoms de l’enfant sont choisis par ses père et mère”, ils ne doivent pas lui être préjudiciable. Ce qui semble être le cas ici pour la justice. 

“Jihad” signifie “lutte”, “combat” ou “effort” en arabe mais le terme est généralement associé au terrorisme et à la “guerre sainte” brandie par l’islamisme radical. La Mairie de Toulouse avait choisi de saisir le procureur de la République l’été dernier.

A Roubaix, en 2016, la municipalité avait également refusé un “Jihad”. Les parents avaient alors eux-mêmes inversés les voyelles. Le juge des affaires familiales de Toulouse aura donc opté pour cette solution, conformément au pouvoir que lui confère l’état-civil.

“Si le juge estime que le prénom n’est pas conforme à l’intérêt de l’enfant (…), il en ordonne la suppression sur les registres de l’état civil. Il attribue, le cas échéant, à l’enfant un autre prénom qu’il détermine lui-même”…(Art.57)

Une décision absurde pour le journaliste Nicolas Hénin, spécialiste de l’Islam, qui rappelle que Jihad est un prénom courant dans le monde musulman.


 

 

 

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages