Voter blanc, à quoi ça sert ?

AFP PHOTO / LOIC VENANCE

À chaque élection présidentielle, le rôle du vote blanc fait polémique. Une pétition lancée en ligne pour une prise en compte du vote blanc dans les suffrages exprimés, recense aujourd’hui plus de 280 000 signatures. En 2014, une loi a fait évoluer son statut mais ce type de scrutin n’est toujours pas comptabilisé dans les résultats des élections.

Une enveloppe vide ou une enveloppe contenant un bulletin sans nom de candidat est considérée comme un vote blanc. C’est une manière de participer à la vie politique tout en exprimant son mécontentement. Il ne faut cependant pas confondre vote blanc et vote nul. Un scrutin déchiré, annoté, non réglementaire ou une enveloppe avec plusieurs bulletins est considérée comme un vote nul. C’est souvent le résultat d’une erreur de manipulation dans l’isoloir. Depuis 2014, le vote blanc est comptabilisé à part du vote nul, mais n’a toujours aucune influence sur les résultats.

Que demande le parti du Vote Blanc ?

Le parti du vote blanc demande que ce type de vote soit reconnu comme un vote normal pour impacter les résultats. En 2012 par exemple, si les votes blancs avaient été comptés dans les résultats, François Hollande n’aurait pas obtenu la majorité absolue nécessaire pour être élu. En Europe, l’Italie et les Pays-Bas ont un système similaire à la France alors que l’Allemagne ne fait pas la différence entre les votes blancs et les votes nuls. Seule exception au monde : la Colombie où le vote blanc est comptabilisé comme un vote normal.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages